A propos de Velleius Paterculus I.17.

Velleius conclut son analyse sur la concentration, à certaines périodes, de talents littéraires qui travaillent en émulation, par une liste curieuse : “Quiconque se sera attaché aux caractéristiques des époques découvrira que la même chose s’est produite avec les grammairiens, les sculpteurs, les peintres, les graveurs”. Comment expliquer la présence des grammairiens? Un parallèle intéressant se trouve sous la plume de Vitruve (Arch. I.13) : Non enim debet nec potest esse architectus grammaticus, uti fuerat Aristarchus, sed non agrammatos; nec musicus, ut Aristoxenus, sed non amusos; nec pictor, ut Apelles, sed graphidis non inperitus; nec plastes, quemadmodum Myron seu Polyclitus, sed rationis plasticae non ignarus; nec denuo medicus, ut Hippocrates, sed non aniatrologetos; nec in ceteris doctrinis singulis excellens, sed in is non inperitus. Non enim in tantis rerum varietatibus elegantias singulares quisquam consequi potest, quod earum ratiocinationes cognoscere et percipere vix cadit in potestatem.

C’est là le seul point de comparaison que j’ai trouvé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">